Restons
en contact
Blog
Articles récents

August 21, 2019

Please reload

Instagram
Au   quotidien

© 2016 par Jessica Romeo Hatha Yoga - Créé avec Wix.com  - Mentions légales

August 21, 2019

February 23, 2019

Please reload

Posts Récents

Canaliser son mental envahissant

January 23, 2018

"Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire à manger aujourd'hui? Ah, mince je n'ai pas terminé ce dossier... Pourquoi je n'arrive pas à me stabiliser? Mais il fait chaud ou c'est moi ? J'ai envie de chocolat. Ah oui, je suis supposé méditer." 
Est-ce que ça sonne familier? Ce dialogue intérieur, ces successions d'images qui se mettent en place naturellement, ces pensées qui surviennent dès que nous nous posons sur nos tapis de yoga. Souvent mes élèves me demandent comment canaliser ce mental envahissant? 
Devons-nous arrêter de penser durant la méditation et la pratique?  

 

Nous avons plus de 60 000 pensées par jour, 90% d'entre elles ont tendance à être de nature négative, des jugements, des comparaisons. C'est tout un tas de négatifs dirigés contre nous-mêmes. Ce qui est intéressant est que nous pouvons les observer et les modifier. Et ce qui l’est encore plus est que ces pensées influent directement sur notre corps.
Au plus nous créons de pensées négatives, au plus nous risquons de déprimer, au plus nous nous exposons à tomber malade.  Et de la même manière, si nous créons des pensées positives, nous serons sûr d’être source d'énergie et de santé.

 

 

Le yoga enseigne que nos pensées ne sont pas notre vraie nature. Notre vraie nature réside en nous, dans notre cœur.  
Bien souvent, nous pensons que lorsque nous devons méditer, pratiquer les postures, nous devons arrêter de penser. Au contraire, nous devons accueillir ces pensées, les observer sans émettre de jugements. C'est toute la différence. Il nous est totalement impossible d'arrêter de penser. C'est un élément essentiel de nos vies. Nous devons planifier, prendre des décisions et communiquer. Le problème n'est pas que nous pensons mais que nous nous attardons sur celles qui nous bloquent, nous amènent à un état de stress, d'angoisse et de réflexion.


La méditation nous permet d’entraîner notre esprit et d’observer le tourbillon de pensées. Même si nous n’avons pas le contrôle sur toutes nos pensées, entre chacune de nos pensées, il y a un petit espace de vide.  En observant notre respiration nous remarquerons qu’à la fin de chaque expire, il y a une pause avant de prendre un nouvel inspire. Ressentons bien ce petit espace de vide entre chaque respiration. C’est dans cet espace de vide qu’il y a tout un potentiel. Comme une page blanche, toutes les possibilités de création et de réalisation.

Et lorsque nous devenons silencieux, nous nous ouvrons à l'expérience d'un état d'unité avec tous, un état de félicité, ce que nous appelons le Samadhi du yogi ou ce que les bouddhistes appellent l'illumination, ou bien le nirvana.

 

Mais comment faire?

 

Cultiver son attention. C'est cultiver la capacité de pendre des distances face à notre état mental habituel et quotidien. Dans le Hatha yoga, l'attention première durant la pratique de la méditation, des postures est la respiration

Connecter chaque mouvement avec notre respiration nous donne une chance de rester vraiment présent et d'oublier tout ce que nous avons à faire. Regarder le souffle dans une position maintenue nous permet de rester présent avec énergie et engagement, prêtons notre attention à eux plutôt qu'à notre réflexion.
Diriger le souffle dans le corps, en notifiant la posture assise, la verticalité de la colonne, la connexion avec la matière, ressentir le changement: n
ous trouverons un état zen.
 

Pendant la pratique des postures, la respiration est primordiale. Nous pouvons puiser dans notre souffle pendant un étirement, cela nous permet de nous fondre dans la pose. Mais notre réaction initiale quand quelque chose est raide ou inconfortable, est de retenir notre souffle. Le yoga nous enseigne à continuer à respirer quand l'inconfort entre en jeu et le dépasse jusqu'à ce que nous trouvions un étirement plus profond. Au fil du temps, nous apprenons à distinguer l'inconfort de la douleur; et quand c'est juste un peu inconfortable, nous pouvons puiser dans notre respiration profonde et avancer. Si c'est vraiment douloureux, notre conscience de la respiration nous rappelle de reculer et de ne pas nous blesser.

 

 

Exercice simple de concentration sur la respiration:

 

1. Asseyez-vous en tailleur ou sur une chaise.
2. Portez votre attention sur l'entrée de vos narines, sentez le flot d'air qui entre et qui sort. 
    A l'inspire, l'air frais, à l'expire l'air tiédi.

3. Prenez une profonde inspiration, et ressentez votre corps s'oxygéner, vos poumons se remplir.
4. Ressentez ce léger temps de pause.
5. Prenez une profonde expiration et ressentez votre bassin s'installer vers le sol, votre corps se déposer un      peu plus.
6. Observez vos pensées, vos images qui surviennent devant vous et ramenez l'attention sur votre respiration.
7. A chaque expiration, glissez un peu plus vers votre être profond, vers l'intérieur, vers cet espace de silence.
8. Il n'y a rien à faire, à part simplement être. Soyez attentif à votre respiration: c'est la vie qui s'écoule à travers elle.

 

 

Rappelez-vous le mental ne fait que s'amuser. Les pensées surgissent et gambadent.
Ce n'est qu'un jeu . Ne prenez rien au sérieux

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle